Blog'in giru

19 décembre 2012

CAFÉ DES SCIENCES

Publié par blog'in giru dans débats

CAFÉ DES SCIENCES dans débats corse-ile-bio-3-300x233

 AUTOUR D’UNE PROBLÉMATIQUE SCIENTIFIQUE ET SOCIETALE

LA CORSE, UNE ÎLE BIO ?

Un débat citoyen 

Enfin les universitaires et chercheurs décident de faire participer les citoyens que nous sommes aux grands débats qu’ils ont l’habitude d’éclairer de leurs lumières inaccessibles. Le Café des Sciences va nous impliquer d’avantage dans les décisions de demain en nous permettant de poser nos propres questions aux experts. Ainsi, la Fédération de Recherche Environnement et Société (regroupant les laboratoires CNRS de SPE et de LISA et les laboratoires INRA de Corte LRDE et de San Giuliano GEQA), l’Université de Corse Pasquale Paoli et la Meridiana (CCSTI de Corse) nous proposent leur collaboration pour une démarche innovante, le débat citoyen autour de thématiques scientifiques et sociétales à la fois.

Le débat organisé au café L’Oriente à Corte Lundi 17 décembre 2012s’est fait dans la pluridisciplinarité. Il s’agissait de s’intéresser à la fois à la qualité et la certif ication des produits issus de l’Agriculture Biologique en replaçant les enjeux et les obstacles dans le contexte de la Corse.

Pour éclairer nos modestes esprits les invités étaient de marque. Stéphane Bellon est spécialiste des productions biologiques et membre de l’INRA et de différentes instances nationales et européennes de l’Agriculture Biologique. Gilles Tison, a apporté son expertise quant à l’expérimentation en arboriculture en Corse. Thérèse Albertini nous a intéressés au marché Corse des produits bio.

Pour un élargissement des vues, étaient également invités les représentants des syndicats d’agriculteurs de Corse, un membre du SIVAM BIO de Corse et un membre de l’association UFC-Que choisir.

Questions à Stéphane Bellon :

1/ L’Agriculture Bio  est-elle ou pourrait-elle être un prototype de l’agriculture?

On ne peut pas parler d’une seule Agriculture Biologique car sa diversité va du minimum défini par le cahier des charge jusqu’à des options impliquant un changement en profondeur du système entier de production. Le modèle actuel, assez évolué, n’est pas définitif. Même son cadre d’exercice évolue par exemple au niveau européen. La notion de prototype n’est donc pas pertinente.

2/ L’Agriculture Biologique peut-elle nourrir le monde ?

S’intéresse-t-on aux quantités, à la répartition des biens produits, au mode de distribution ou aux capacités respectives d’achat de chaque pays ? Aux rendements ou aux problèmes qui résultent des pratiques agricoles en termes de protection de l’environnement ou de l’appauvrissement des terres arables ? Une méta-analyse réalisée en 2007 sur trente ans d’études concernant l’Agriculture Biologique met en évidence des problèmes en termes de consommation d’énergie puisqu’elle implique plus de labour qui est une pratique est couteuse en énergie. Quant au rendement, pour les productions telles que le raisin, l’optimum de mise en valeur d’un terrain n’est pas forcément au maximum de production qui se ferait au détriment de la qualité du produit.

3/ Existe-t-il des territoires passés entièrement à l’Agriculture Biologique ?

Dans la Drome (premier département pour les surfaces consacrées au Bio) on a mis en place une « biovallée » avec une communauté de commune volontaire : actuellement 20% des surfaces y sont consacrées au Bio avec une perspective à 50% en 2030.

La commune de Correns, elle, est la première commune Bio de France avec sa coopérative agricole bio, sa cantine Bio.

Les zones Bio peuvent devenir un système d’autant plus cohérent qu’elles risquent bientôt de s’imposer au dessus des zones de captage de l’eau pour éviter le coût de l’assainissement des eaux de boisson.

Questions à Gilles Tison :

1/ Les connaissances scientifiques et techniques permettent-elles de conduire les exploitations corses en Agriculture Biologique ?

En ce qui concerne l’arboriculture par exemple, on cherche à remplacer les engrais chimiques qui sont responsables de la dégradation des sols et de leur érosion. Le compost ou les engrais organiques capables de porter la même dose d’engrais ont un rendement équivalent. Par contre la question de l’enherbement au pied des arbres non traités aux herbicides doit être traitée de façon mécanique ce qui entraine là aussi des problèmes d’érosion du sol soumis aux forces mécaniques. Mais aujourd’hui les fournisseurs de matériels cherchent à s’adapter à ce nouveau marché et proposent ce qu’ils appellent un système Sandwich avec pousse d’herbe sous les arbres et une bande « propre » entre les rangs dégagée par des éléments mécaniques à même d’incorporer les engrais Bio. Les chercheurs s’attèlent à sélectionner les plantes les plus adaptées pour qu’elles puissent coloniser sans être envahissantes.

2/ Quels sont les obstacles principaux qui empêcheraient une conversion massive des agriculteurs ?

Il y a par exemple la question des insectes nuisibles. On peut utiliser des insecticides naturels mais cela reste un traitement insecticide. On peut rechercher des méthodes alternatives comme le piégeage massif des insectes qui élimine tout traitement par insecticide comme pour la pêche. Enfin on peut se tourner vers la lutte biologique avec l’acclimatation de l’ennemi spécifique du nuisible que l’on veut éliminer. Ce choix est délicat car il faut anticiper les conséquences d’utilisation d’une espèce avec les risques de déséquilibre des écosystèmes concernés. Mais ce type d’action peut provoquer l’apparition d’autres nuisibles qui étaient tenus à distance par les traitements et qui ne seront pas éliminés par la méthode alternative adoptée.

Enfin les obstacles peuvent être également organisationnels, la disponibilité des outils utilisés pouvant être un facteur limitant.

Questions à Thérèse Albertini :

Où en sont les consommateurs corses vis-à-vis du Bio ? L’image des produits locaux avec les jardins familiaux, la faible industrialisation et les circuits courts de vente directe ne détournent-ils pas les consommateurs corses des produits certifiés ?

La part des produits de l’Agriculture Biologique augmente régulièrement depuis sept ans avec de nouveaux consommateurs. Mais sur la Corse il y a un manque de données analysables. De plus l’offre y est inférieure à la demande. La facilité d’écoulement des produits n’incite pas à la mise en place d’études spécifiques pour connaître le consommateur potentiel.

Seules deux études sont disponibles. Celle de 2002 s’est intéressée au consommateur insulaire Bio. Elle a montré que le facteur limitant était principalement le prix, puis que la sensibilité au Bio n’était pas une priorité. La raison d’achat est d’abord la santé et non la préservation de l’environnement qui ne vient qu’en quatrième position. La seconde évoquée est le goût. Enfin l’idée que les productions du jardin sont des produits Bio et l’attachement aux produits régionaux font le reste.

En 2009, les professionnels ont été interrogés sur la consommation alimentaire infantile des enfants de quatre à trente-six mois. Cette étude a montré que l’enfant peut avoir un rôle de moteur dans la consommation des produits Biologiques et dans leur installation au sein de la famille.

D’autres études seraient nécessaires pour mieux mettre en place des stratégies marketing à l’attention des consommateurs corses ainsi que des campagnes de sensibilisations à l’alimentation Bio.

 

Le SIVAM BIO de Corse apporte des données supplémentaires : l’Agriculture Bio concerne environs 300 producteurs, 12 000 hectares et 6% des surfaces Agricoles. Les problématiques sont très différentes selon les filières. Par exemple, le traitement de la mouche de l’olive est un obstacle majeur à la conversion de la filière oléicole. Alors que l’AOC Farine de châtaigne est Bio. La filière des plantes aromatique est Bio dans sa totalité.

L’intervention d’un agriculteur recadre le débat sur des données très pratiques : les laiteries ne peuvent prétendre au label AB puisqu’elles déversent pour la plupart le sérum, très polluant dans les cours d’eau environnants. L’utilisation obligatoire d’hormones pour l’insémination artificielle en schéma de sélection des ovins de race corse invalide la candidature des exploitations concernées. De plus on ne peut pas mettre une pression supplémentaire sur l’ensemble des agriculteurs insulaires, leur nombre étant voué à se réduire puisqu’il n’y a que 4 installations pour 120 départs. Pour ce faire il faudrait des aides très incitatives en modulant par exemple la Dotation aux jeunes agriculteurs (DJA) selon les critères du cahier des charges Bio. L’enveloppe vouée aux conversions en Bio devrait également être augmentée.

Comme on peut le constater, les perspectives sont très différentes selon les points de vue, et ce sont les consommateurs que nous sommes qui feront pencher la balance par la modification significative ou non de notre mode de consommation : Serons nous demain des mangeurs Bio ou resterons nous des consommateurs intermittents ?

En posant ainsi le débat nous redevenons les acteurs principaux dans le monde que nous habitons.

Les questions évoquées à l’occasion de ce Café des Sciences risquent de continuer à nous interpeler sur le rôle majeur que nous jouons pour l’avenir de nos sociétés.

Contacts :

CCSTI de Corse, A Meridiana, tel : 04 95 46 00 83 www.ccsti-corses.asso.fr

FRES, università di Corsica, tel : 04 95 45 01 66 www.fres.univ-corse.fr

Laisser un commentaire

Efax.fr |
Mes petites astuces |
Toptendence |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hasegmasup
| Marikeargente
| Devis de renovation