Blog'in giru

5 mai 2013

GALERIE GOUR-BONEFORTI BASTIA

Publié par blog'in giru dans art contemporain

Rencontre d’une oeuvre et mimodrame

GALERIE GOUR-BONEFORTI                BASTIA dans art contemporain patrici-pinzuti-gintz-300x207

Exposition Patricia Pinzuti-Gintz

MAMAN ! 

Et mimodrame

par Patrizia Poli et Jérémy Marchand

La galerie d’art contemporain Gour-Boneforti présente le travail de la plasticienne Patricia Pinzuti-Gintz. En pénétrant dans l’espace qui lui est dédié on pénètre dans un univers où la matière éthérée domine. Au premier regard il semble s’agir d’un atelier de couture mais les modèle pendus sont faits pour des géantes tandis que des robes de Lilliputiennes sont mises sous cloches de verre, comme pour retenir des fées imaginaires avant qu’elles ne prennent leur envol.

Le tulle, la délicatesse, la légèreté construisent un monde aux apparences tendres et virginales. Mais à y regarder de plus près, ces trames aériennes cachent, comme en filigrane des contrastes voilés qui demandent à être explorés, découverts par le détail que les transparences laissent parfois à peine deviner.

Ce sont des compositions en à-plat ou en volume qui toutes, dans leur sobriété, dessinent des corps désincarnés, et cette absence de chaire suggère la chaire pour mieux la faire vivre par le truchement de notre imagination propre. Ces corps fantomatiques sont les corps fantasmés que chacun voudra y projeter.

Tandis qu’absorbés par la contemplation de ces œuvres fugitives, presque immatérielles, faites de visages, de souvenirs, de maisons d’enfance peut-être, cherchant à percer le voile pour mieux imaginer l’encre de chine sur le papier de soie, le fil qui court blanc sur la trame sombre, alors s’élève un chant juvénile, joyeux et mélancolique, puis un cri. Patrizia Poli et Jérémy Marchand entrent, dans un « mimodrame ». La scène au premier abord déstabilise, dans cet univers vaporeux fait de mémoire, par ces présences brutalement charnelles. Mais des phrases, criées ou psalmodiées, reprises comme des écholalies, se répètent jusqu’à s’en désincarner elles aussi. Les corps matériels semblent à leur tour devenir irréels. La scène se déroule et vous happe dans un univers étrange. « Tout va bien se passer » nous répète-t-on. Oui, sous nos yeux l’enfantement a lieu, dans la douleur comme il se doit, pour sentir la vie qui bouscule, la vie qui prend le pas sur le souvenir, ou bien est-ce le souvenir de la morsure de la vie qui est là… Peut-être aussi l’enfantement de l’œuvre, douloureux et beau à la fois.

Ici c’est l’homme, incarné par Jérémy, qui donne la vie, renversement des rôles. Patrizia, l’enfant, vient au monde, comme si toute la scène avait égrainé les évènements à rebours, de l’adulte à l’enfant qui nait, du présent au passé. Tout prend sens, nous sommes dans l’univers de la plasticienne et c’est son texte qui est joué, c’est sa matrice qui met au monde et le chaos redevient silence. Seul persiste l’écho, le souvenir de cet enfantement…retour aux voiles et aux papiers de soie délicats.

Il y a plus qu’un travail de plasticienne, il y a de la poésie, du chant, du théâtre. Il y a du travail de styliste mais imprégné de philosophie. Sous des dehors paisibles, l’œuvre de l’artiste donne à penser, ouvrant des champs de réflexion nourris des arts du spectacle autant que l’imagination et du vécu du spectateur. Voilée, elle ne demande qu’à se révéler comme ces femmes orientales qui cachent leurs beautés et attisent la curiosité. Un hommage peut-être ?

 

L’art plastique et la poésie ont cela de fort, ils déstabilisent avant de se révéler, ils nous dérangent et nous interrogent. Et nous en sommes grés.

 

Pour découvrir Patricia Pinzuti-Gintz :

Bastia en Mai 2013, exposition personnelle « MAMAN ! » et son mimodrame, avec Patrizia Poli et Jeremy Marchand à la galerie d’art contemporain Gour-Beneforti 8 rue Napoléon

Nantes fin 2013, exposition Galerie « Café des Négociants »

http://www.alter-art.org/

Laisser un commentaire

Efax.fr |
Mes petites astuces |
Toptendence |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hasegmasup
| Marikeargente
| Devis de renovation