Blog'in giru

6 mai 2013

MACHIAVELLI IN LINGUA CORSA U TEATRINU

Publié par blog'in giru dans théâtre

EN VERSION FRANÇAISE PLUS BAS

Machiavelli in lingua nustrale

MACHIAVELLI IN LINGUA CORSA        U TEATRINU dans théâtre affiche-mandracula-2-200x300

Guy Cimino adatta per U Teatrinu

A MANDRACULA

Prisentata à u teatru di Bastia

 

Eramu numerosi in Bastia à u teatru per vede ssa pezza adattata da Niccolo Machiavelli in lingua corsa. Prova chì, oghje, ci hè una vera brama per sente a lingua nustrale in una scrittura pupulara ma ricca.

E per què Guidu Cimino hà fattu una scelta interressante chì u teatru hè sempre statu un arte pupulare. Niccolo Machiavelli fù unu di i primi à mette in scena u teatru pupulare talianu chì sbuccerà nantu à a « comedia dell’arte » di u XVI seculu.

Moliere ci hà pigliatu a so inspirazione. Tutti i fili di u so teatru si trovanu dighjà in a pezza, scritta in 1520 chì mette in scena Fiurenza è i so burghesi.

Ssa pezza mette in piazza quasi tutta a tematica di Machiavelli cù a figura di u sgiò ingannatu da un più ghjovanu è più malignu chì li vole piglià a so piazza. Quì si tratta di a so moglia ma Machiavelli darretu à u persunaghju di Lucrezia simbulizeghja micca solu a donna ma dinò u pudere.

Ancu sè u scopu pare inacessibile, ci vole à mette in anda tutta a malizia pussibule, è prufittà di i desideri, di e brame d’ognunu per falli accettà ciò chì pare impussibile.

Cum’è Machiavelli Guidu Cimino principia a pezza cù un prologu. Cum’è ellu, pianta u decoru è prisenta i persunaghji. Machiavelli ellu, purtava in più l’attenzione di u spettatore nantu a so cundizione d’autore di mala sorte in pettu à a critica di u pudere.

Gallò, giuvanottu rivenutu da Parigi, aiutatu di u so servu Sirò è u s’amicu leccapiatti Licò, cercà à cunquerisce Lucrezia donna divota è pura, sposa di Nucè, puveru maritu nucente prontu à fassi ingannà.

Megliu, sò d’una parte u prete è cunfessore di a nostra moglia piosa è u so babbu stessu chì a portanu à u peccatu.

Bella sicura, ssu racontu hè l’occasine di mette in scena una lingua pupulare ind’un parlatu bastiacciu chì ci rallegra.

A chì ne piglia ne piglia : « baullu senza luchettu » , « scioccu senza baretta », « amicu di tichjina » o « cacastecchi ghjelosi ».

Ghjè un piacè di ritruvà e spressione chì tutt’ognunu cunnosce ma ch’ùn s’adupranu più tantu in lu parlatu oghjincu è chì ci rimentanu e nostre radiche paisane cum’è : « lasciatu quì rittu cum’un palu à fasgioli », « carchi cum’è susini », « trova sempre u pelu nant’à l’ove » o « carcu à soldi è pienghje a potta d’Anna ».

Da quì à quà, un pruverbiu, micca veramente feministu, ci ramenta u sgardu di l’omi nant’à e donne : « Trè pignatte, gran festa. Trè donne timpesta ». Una campazione !!

Ma ùn ci scurdemu micca chè no simu quì soprattuttu per ride, i codice di a « comedia », di a burla, sò quessi è l’attori a ci facenu tene à mente cù u so ghjocu scherzosu : u servu maliziosu, l’amicu leccapiatti, u prete più birbu chè piosu, u maritu bocchimelosu, fin’à u babbu chì pare più viziosu chè appinseratu per a so figliola…

Ancu i più seri, moglia onesta è gallente innamuratu, compianu sta pezza cù a malizia di quelli ch’anu prufittatu di u so malfattu.

E u publicu si capia, in giru à mè ùn sò chè risate è belle scaccanate.

Per falla cumpletta, Guidu Cimino hà puntuatu ogni attu cù un cantu scherzosu in la più pura tradizione pupulare.

Cù quasi nunda per decoru è pocchi costumi, Guidu Cimino ci fattu imaginà Bastia, i so carrughji, è ci hà ghjuculatu da veru.

Una serata per rende u teatru à u so primu scopu : tuccà ognunu, fendu riflette senza troppu ragiunà è sorte cù a risa in bocca, felici.

A ringrazzià l’attori di u teatrinu per ssu bellu mumentu.

Distribuzione :

Gallò : P. Tonielli

Sirò, u servu : J.L. Graziani

Licò, l’amicu leccapiatti : H. Olmeta

Nucè, u martui : J.B. Filippi

Lucrezia : C. Mattei

Sostru, u babbu : P.L. Santelli

Timuteu, u prete : J.P. Giudicelli

L’Omu/U canterinu di carrughju : S. Casalonga

 

 EN VERSION FRANÇAISE ICI

Nous étions nombreux au théâtre de Bastia pour voir cette pièce adaptée de Nicolas Machiavel en langue corse. C’est bien la preuve qu’aujourd’hui, il y a une vraie attente du public pour venir entendre notre langue corse dans une écriture populaire certes, mais riche.

En ce sens, Guy Cimino a fait un choix intéressant puisque le théâtre a toujours été un art populaire. Nicolas Machiavel fut un des premiers à mettre en scène le théâtre populaire italien qui débouchera sur la « comedia dell’arte » du XVI siècle.

Molière y a puisé son inspiration. Tous les artifices de son théâtre se trouvent déjà dans cette pièce, écrite en 1520 qui met en scène Florence et ses bourgeois.

Cette pièce met en place l’essentiel de la thématique de Machiavel avec la figure du seigneur installé trompé par un autre plus jeune et plus malin, qui aspire à prendre sa place. Ici il s’agit de son épouse mais Machiavel, derrière le personnage de Lucrezia veut symboliser non seulement la quête de la femme mais aussi celle du pouvoir.

Même si le but à atteindre parait inaccessible, il faut user de toute la perfidie possible, et profiter des désirs et des aspirations de chacun pour lui faire accepter ce qui lui paraissait impensable.

Comme Machiavel Cimino fait débuter la pièce par un prologue. Comme lui il plante le décor et présente les personnages. Par contre Machiavel, attirait en plus l’attention du spectateur sur sa condition d’auteur malheureux en proie à la critique du pouvoir.

Gallò, jeune home revenu de Paris, aidé de son serviteur Sirò et de son ami pique-assiette Licò, cherche à conquérir Lucrezia femme dévote et vertueuse, épouse de Nucè, le pauvre mari crédule pront à se faire rouler dans la farine.

Pire encore, ce sont d’une part le prêtre et confesseur de cette épouse pieuse et son propre père qui la pousse au pécher.

Bien sûr, cette histoire est l’occasion pour mettre en scène une langue populaire dans un parlé bastiais qui nous ravit.

Tout le monde en prend pour son grade : « baullu senza luchettu » , « scioccu senza baretta », « amicu di tichjina » o « cacastecchi ghjelosi ».

C’est un plaisir de retrouver des expressions corses que tout le monde connait mais qui ne sont plus tellement usitées dans le parlé d’aujourd’hui et qui nous renvoient nos racines paysanes : « lasciatu quì rittu cum’un palu à fasgioli », « carchi cum’è susini », « trova sempre u pelu nant’à l’ove » o « carcu à soldi è pienghje a potta d’Anna ».

De ci de là, un proverbe, pas vraiment féministe, nous rappelle le regard que les hommes portent souvent sur les femmes : « Trè pignatte, gran festa. Trè donne timpesta ». Un vrai régal !!

Mais nous sommes là pour rire ne l’oublions pas, et l’on retrouve les codes de la « comedia », de la farce, dans le jeu railleur des acteurs : le serviteur malin, l’ami pique-assiette, le prêtre plus gredin que pieux, le mari obséquieux, jusqu’au père qui parait plus vicelard qu’inquiet de sa fille…

Même les personnages les plus sérieux, femme honnête ou galant enamouré, finissent cette pièce avec le ton malicieux de ceux qui ont bien profité de leur mauvaise action.

Et le public se laisse entrainer, autour de moi ce ne sont que gens qui s’esclaffent et qui rient à gorge déployée.

Et pour compléter le tout, Guy Cimino a ponctué chaque acte d’une chanson drôle dans la plus pure tradition populaire.

Avec trois fois rien en guise de décor et peu d’effets de costumes Guy Cimino nous a fait imaginer Bastia, ses ruelles, et nous a vraiment divertis à souhait.

Une soirée qui ramène le théâtre à son objectif premier : toucher tout le monde, faire réfléchir sans trop y paraitre pour nous laisser repartir sortir le sourire aux lèvres, heureux.

Merci aux acteurs du Teatrinu pour ce beau moment de théâtre.

 

Distribution :

Gallò : P. Tonielli

Sirò, le serviteur : J.L. Graziani

Licò, l’ami pique-assiette : H. Olmeta

Nucè, le mari : J.B. Filippi

Lucrezia : C. Mattei

Sostru, le père : P.L. Santelli

Timuteu, le prêtre : J.P. Giudicelli

L’homme/Le chanteur de rue : S. Casalonga

 

Contacts :

U TEATRINU

Tinturaghju 20600 FURIANI
Tél.04.95.30.43.65 / 06 03 29 20 59
Fax 04.95.30.43.65

 

E-mail : uteatrinu@aol.com
Site Internet : www.uteatrinu.com

Laisser un commentaire

Efax.fr |
Mes petites astuces |
Toptendence |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hasegmasup
| Marikeargente
| Devis de renovation