Blog'in giru

24 juin 2013

SE SOUVENIR DES BELLES CHOSES EN POÉSIE

Publié par blog'in giru dans littérature, Poésie

 Entre mélancolie et simplicité du bonheur

SE SOUVENIR DES BELLES CHOSES                                EN POÉSIE  dans littérature u-minimu-gestu-296x300

 Un livre où l’émotion mêle mots et pigments

U MINIMU GESTU

LE MOINDRE GESTE

 Stefanu Cesari è Badia

Se souvenir des belles choses…

Ce sont les mots qui se sont imposés à moi à la lecture de ce recueil de Stefanu Cesari.

Mais rien de très explicite dans ce sentiment extrêmement personnel qui m’emporte dans les contrées familières et lointaines à la fois, cet objet, le livre, son papier crème, et les mots qui forment des phrases ? des textes ? une histoire ? et les peintures aux couleurs vives qui bousculent par leur tristesse et leur désespoir, comme un cri muet.

Eppuru, ùn ci aghju vistu tristessa. Paradossu di a puesia, chì ci face dì tuttu è u cuntrariu, chì ci porta gioia è malancunia, è chì ci lascia sbrembati, stunati, suspesi à u mumentu pueticu… senza capì.

Ssu caminu pueticu, l’aghju fattu nant’à parechji piani.

Cio chì si porta à i mo sensi sò e parolle di lume è di culore chì accumpagnanu l’estri, i visi, i corpi, e mane, i sguardi, carne, sangue, frebbe. E voce.

Et puis bien sûr, dessinant à la fois les espaces et le rythme du temps, ce sont toutes ces parcelles de vie, pezzi, pezzucci di vita chì fila, da u tavulinu à l’arburu, à a pagina, de la fourmi rouge au crépitement du feu, sse stonde di vita cuttidiana, paisaghji o minimu rimore, l’acqua, a terra, les pierres et la chaux, les ronces. Espace blanc de la langue, espace froid de la grammaire.

Les gestes et les sentiments, esquissés, accompagnent les lignes de temps, ligne de partage franchie, mesure d’un pas, mesure du jour…

I gesti sò simplici ma cuntenenu tuttu, cumè l’insemi matematichi limitati detti « discretti » chì cuntenenu l’infinitu, cumè trà zeru è unu.

Il y a des lenteurs et il y a des élans, des fatigues et du rêve, de l’existence, de l’attente, de la patience.

A puesia micca solu linguaghju di i gesti è di u muvimentu ma a puesia, un lingughju chì si sbucina, cù u so propiu muvimentu. A lingua intreccia e parolle, si cansa in altri canti chè quelli detti cumè un sguillu daretu a ligna tesa.

Ce glissement s’opère dans une sorte de détournement de la langue ordinaire, una tensione chì scumove, una resistenza semantica, glissement vers des images nouvelles, ma forse ognunu hà e soie stesse.

En français les sonorités, la syntaxe créent des rythmes étranges, les enjambements portent à l’inconfort, créant des accentuations qui répondent à celle de la langue corse en vis-à-vis.

E voce venenu à ficcassi trà e ligne, filari di vita, soffiu d’ùn si sà quale, chì s’invita, disjonction poétique qui ébranle la compréhension et qui renvoie aux seuls sens et non au sens.

U mumentu è l’eternu.

Le continu et le discontinu.

A prisenza è l’assenza.

U francese è u corsu.

E voce è u silenziu.

Le vague et le détail.

Le pérenne et l’éphémère.

L’organicu è u minerale.

I culori è u grisgiu.

L’ombre et la lumière.

Les fantômes et les vivants qui tous nous visitent.

L’enfance et la mort.

A tensione è a pace.

La légèreté des instants, la pesanteur parfois.

U passatu è u prisente.

La chose dite et le non dit.

A sustenza è u viotu.

Le réel et le rêvé.

L’astrattu è u cuncrettu.

A lingua di u cuncrettu essendu piuttostu u corsu, le français de Stefanu Cesari, dans les déséquilibres  créés laisse plus de place au mystère. Les autres éléments évoqués, les deux textes ne se superposant pas exactement, se ressentent différemment dans l’une ou l’autre langue. Cumè a pace (o a tensione), à quale ne sinterà di più in corsu, à quale in francese, ognunu a so lettura.

L’apposition des deux langues donnent des éclairages différents selon l’ordre ou le mode de lecture, lire la page entière dans l’une ou l’autre langue, vugà da l’un’à l’altra, secondu u so parè, o leghje dui libri, o unu solu. Listessu cù ssi visi di culori vivi, o scuri, chì si ponu lascià, o chjappà, o, in una scelta cuscenta o nò, tene quelli chì ci parlanu di più.

Aghju pensatu à l’Alzheimer, chì pocu à pocu ci sguassa u ricordu di u minimu gestu, perchè ùn a sò, è ssu libru cumè una prova di ritene u minimu fiatu di vita, nanzu a morte o nanzu di parte o d’esse lasciatu, être dans le sentir du moment présent, ou dans le ressentir des instants passés, ci fendu un avvene.

Oui, se souvenir des belles choses, les plus infimes, arricurdassi u minimu gestu.

Puesia.

Laisser un commentaire

Efax.fr |
Mes petites astuces |
Toptendence |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hasegmasup
| Marikeargente
| Devis de renovation